Ministère de la Santé
Secrétariat Général
Menu

Brèves :

19/09/2021 | 06:41:07

Konzo


Il existe plusieurs maladies invalidantes qui entraînent une paralysie des membres inférieurs. Certaines ont été clairement décrites, d’autres sont encore insuffisamment documentées.

Les unes apparaissent progressivement, les autres s’installent brusquement. Les unes attaquent un des membres seulement, les autres affectent symétriquement les deux membres inférieurs.

La poliomyélite, les paralysies accidentelles, les paralysies spastiques tropicales, le lathyrisme, les handicapes congénitaux, le spina-bifida (malformation congénitale qui touche la colonne vertébrale), les amyotrophies et les myopathies, ont été bien documentées dans la littérature médicale.

 De toutes ces maladies, la poliomyélite est celle qui affecte le plus d’enfants à leur bas âge, leur laissant avec des séquelles irréversible pour toute la vie. A ces affections s’ajoute le Konzo.

Le Konzo est une paralysie d’origine alimentaire provoquée par la consommation prolongée de grandes quantités de manioc amer insuffisamment traité.

En RDC, le Konzo est signalé dans quelques Zones de santé de 4 provinces :

  • Deux provinces du grand Bandundu : du Kwilu et du Kwango :
  • Kwango : Dans les zones de santé : Kenge, Wamba-Luadi, Popo-kabaka, Kitenda, Kahemba, Kajiji, Feshi, Panzi, Kasongo-Lunda ...
  • Kwilu : Masi-Manimba, Bulungu, Mosango, Moanza, Kingandu et Bolobo ;
  • Province de Lomami : dans la zone de santé de Lubao ;
  • Province du Kasaï central : dans la zone de santé de Luiza, Mwetshi ;
  • Province du Sud – Kivu : ZS  Uvira

Dans la province du Congo central et de l’Equateur, le manioc est aussi le principal aliment de base de la population. Mais aucun cas de Konzo n’a été signalé jusqu’à ce jour dans ces provinces, probablement à cause de la pratique d’un traitement adéquat du manioc.

Dans la province la plus touchée par cette maladie, est le Kwango, on y a dénombré plus de 2000 cas lors de l’enquête de mars à Mai 2010 par
l’ACF- USA et PRONANUT.

La maladie constitue un réel problème de santé publique.

Le Konzo ne cause pas directement la mort, mais il provoque une atteinte neuromoteur qui paralyse, réduit les capacités physiques, appauvrit et expose à la malnutrition protéino-énergetique, qui alors conduit à la mort. A côté de cette atteinte, on a celle neurocognitif qui réduit les capacités intellectuelles.

Ainsi il entraîne plusieurs conséquences sur le développement socio-économique des communautés rurales.

Les personnes affectées sont inaptes pour les travaux de champs et d’autres activités de production ; elles deviennent incapables de faire de longues distances ou de monter des collines.


No active "ca-sidebar-444" sidebar
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram